]> Mon petit coin de oueb
Au menu
Aller voir ailleurs si j'y suis
Robotique
Environnement
Systèmes embarqués
SE 2008
Technique
Communauté
Amis
Famille
Bandes Dessinées
Geeks
On finira tous à vélo ...
0-9 News précédentes >>

Changement d'hébergeur

Tue Jun 9 20:24:21 CEST 2009

Hé voila, ça faisait longtemps que ça me démangeais, je repasse sur un CMS.

Un CMS, mais qu'est-ce que c'est que cette chose là 'dame ginette ?

C'est tout simplement un site web pré-construit qui permet de s'exprimer sur le net sans avoir de connaissances en péache phé maille est-ce cul elle ou en HTML.

Donc pour continuer à lire mes conneries c'est par là. Et pour être au courant des mises à jour c'est par là


[0]commentaires commentaire(s)

Le quotidien d'un cycliste urbain

Thu May 28 17:20:41 CEST 2009

Peut-être qu'après avoir vu cette vidéo, les gros beaufs shootés à RTL ne diront plus « les vélo c'est dangereux !» et qu'ils commenceront à respecter le code de la route ... On peut rêver.

La vidéo montre l'une des pires ville, mais dans la plupart des autres villes c'est aussi ce quotidien là que l'on doit supporter.

À oui au fait, arrêtez de me dire que le vélo c'est dangereux sur la route, un vélo ne représente strictement AUCUN risque vis à vis des véhicules motorisés. On ne peut pas vraiment dire la même chose des enclumes qui encombrent la rue.


[0]commentaires commentaire(s)

c'est la luuuute finaaaaleuuu

Sat May 9 9:38:38 CEST 2009

Le but ultime de tout écologistes est de pouvoir atteindre le «développement soutenable», non pas pour pouvoir vendre plus de bouteille de shampoing ou des 4x4 écolo mais plutôt pour «répondre aux besoins des générations présentes sans entamer ceux des générations futures».

Alors évidemment ce sont de beaux cantiques qui servent surtout pour l'instant aux experts en management de la communication (mais si! vous savez cette bande de vieux qui a fait mai 6Cool pour pouvoir vendre toujours plus de gaspillage.

Le WWF (l'une des asso écolo qui fait le moins d'escalade et le plus de travail de fond) a donc cherché une métrique pour pouvoir y voir plus clair et classer les pays selon leurs soutenabilité.

Partant du principe que le but est quand même que les humains vivent bien, le premier indicateur utilisé est l'Indice de Développement Humain (IDH) qui permet de mesurer s'il fait bon vivre dans un pays en compilant plusieurs données telle que l'espérance de vie, l'éducation, la mortalité infantile, le taux d'alphabétisation ... Cet indice est maintenu par l'ONU et est compris entre 0 et 1. L'ONU estime qu'un indice de développement humain supérieur à 0.8 témoigne d'un haut niveau de développement.

En ce qui concerne la «trace» que laisse chaque humain sur la planète, le WWF a développé il y a un certain temps déjà l'empreinte écologique (ecological footprint). L'idée est de mesurer l'espace nécessaire à tous les besoins d'un humain (matières premières, énergie, déchets) s'ils étaient rempli uniquement par des ressources renouvelables. Cet indicateur se mesure en Hectares Global. Le WWF estime que l'on entame pas les ressources planétaire à partir du moment ou l'empreinte écologique est inférieur à 1,8 hectare pour un humain.

Nous avons donc une fenêtre dans lequel les humains vivent bien et ne détruisent pas la planète : IDH>0.8 et Footprint<1.8. À partir de ces données il est facile de comparer les pays du monde, c'est ce qu'a fait le WWF avec ce magnifique graphique:

Comme vous pouvez le voir il y a UN pays qui a atteint le développement soutenable ! Mais quel pays est-ce donc ?

Allez je vous laisse chercher un peu.

La teeeeeerre naaationaaaaleu sera le genre humaiiiinn!

le rapport en question


[0]commentaires commentaire(s)

Ayé. j'ai reçu mon typematrix

Sun Apr 26 17:34:34 CEST 2009
Je vais pouvoir me mettre sérieusement au bépo.
[0]commentaires commentaire(s)

C'est maintenant! 3 ans pour sauver le monde

Mon Jan 26 23:38:15 CET 2009

Le constat est là, que nous cherchions à ne pas le voir ou à le nier, la fin de l'énergie gratuite c'est pour aujourd'hui et pas demain. La quasi totalité des cadres travaillant dans le domaine de l'énergie nous le disent : il ne reste pas 40ans de pétrole, c'est une ineptie de parler en années de réserves, la réalité physique c'est le pic qui va intervenir entre aujourd'hui et 2020 (avec une plus forte probabilité pour aujourd'hui que 2020) et cela cassera nécessairement le mythe de la Sainte Croissance Éternelle du Grand PIB. Oui nous mangerons moins de viande rouge. Oui la voiture va être divisée par quatre (moins lourde, moins puissante, moins nombreuse et plus cher). Oui ceux qui habitent loin de leur travail devront déménager pour un appartement plus petit et plus cher ou changer de travail. Oui certains métiers comme chauffeurs routier ou pêcheur vont largement se réduire ! C'est une certitude physique, n'en déplaisent aux démagogues de tous bords, les discours ni changerons rien.

Alors quoi ? Que doit-on faire ? Rester là à pleurer ? Écouter nos vieux croûtons de politiques Saints Évêques de la Croissance éternelle continuer à nous endetter pour gaspiller ? Sombrer dans l'écologisme religieux, prêcher l'apocalypse face à toutes ces technologies du XXème siècle et vouloir revenir à l'âge préhistorique ? Profiter jusqu'au suicide de nos derniers instants d'énergies gratuites ? Débattre éternellement de savoir si dans 50ans on pourra peut être mettre sur le marché une machine merveilleuse capable de sauver notre mode de gaspillage ?

Non ! Ce dont nous avons besoin c'est d'une vrai vision d'avenir. Nous avons besoin de leaders qui soient capables de nous dire les choses en face, de tracer un cap à 50ans et de s'y tenir. Nous devons revoir notre économie pour qu'elle ne soit plus centrée sur le seul PIB (les coquillages) mais inclure les vraies ressources physiques (les arbres et les poissons).

L'union Européenne s'est constituée à la sortie de la guerre autour du commerce dans le but d'établir une paix durable et la démocratie. Devant le succès du commerce nous avons oublié le but premier ( la paix et la démocratie) au profit de la dévastation de nos ressources au nom de la Très Sainte Dé-régulation des marchés.

C'est au nom de cette même paix et démocratie que les pays européens doivent maintenant lancer un véritable plan Marshall pour reconstruire leurs pays autour d'une énergie dont la valeur réelle vas augmenter (progressivement si nous prenons le problème à bras le corps, violemment si nous ne faisons rien). Parce que c'est bien d'une reconstruction qu'il faut parler, dé-construire les habitats qui ne peuvent-être rénovées et rénover ce qui est rénovable, déconstruire certaines autoroutes devenues inutiles et reconstruire les centres urbains des petites villes non plus autour de la bagnole mais de transport plus doux.

Alors vite, retroussons nos manches avant qu'un nouveau malade vienne réduire l'Europe à feux et à sangs avec une idéologie nauséabonde récupérée sur le terreaux fertile de la misère et du désespoir.

C'est avec force et conviction que nos deux compère A.Grandjean et JM.Jancovici nous livre ici leurs deuxième opus sur l'énergie et l'environnement. Lecture salutaire qui vous apprendra le fonctionnement de l'économie avec nos amis de l'île de Pâque intéressés par les coquillages peints, les arbres, les poissons et les énarques qu'ils sachent ou non compter. Cet ouvrage n'est pas un cri alarme mais un cri d'espoir ! Oui on peut faire quelque chose ! Oui on peut le faire vite ! Oui ! Il suffit de s'y mettre.

À lire absolument avant que votre libraire ne fasse faillite.


[0]commentaires commentaire(s)

Nuage de Tchernobyl

Sat Jan 10 17:57:55 CET 2009

C'est la première fois que je vois des journalistes parler des chiffres réels de la catastrophe de tchernobyl sans sombrer dans les délires apocalyptiques des écologistes religieux.

Si vous voulez avoir un autre son de cloche que les habituelles stupidités que la presse nous a habituée sur le sujet, voici un extrait de l'émission de france 5 sur le nuage de tchernobyl.

Retenez surtout la comparaison avec les essais nucléaires militaires qui ont provoqués 100 fois plus de retombées radioactives en france que le nuage de tchernobyl.

Et si vous voulez allez plus loin, je vous recommande l'excellent livre «une radioactivité de tous les diables» ou encore, la Lettre ouverte aux journalistes qui vont évoquer Tchernobyl, et surtout à ceux qui les écoutent, les lisent ou les regardent


[0]commentaires commentaire(s)

Spam Spam

Sat Jan 10 12:52:31 CET 2009

Un abruti a commencé à spammer les commentaires sur le site faisant planter complètement l'affichage des pages. J'ai donc été contraint de virer les commentaires pour le moment.

Je vais donc devoir réflechir à une méthode de commentaires permettant d'éviter le spam. Pour ceux qui ont posté des commentaires, ne vous inquiétez pas ils sont sauvegardés.


[0]commentaires commentaire(s)

Pic et peak et colégrame

Tue Jan 6 20:43:24 CET 2009

40 ans de pétrole ? Que nenni! Disons plutôt 5 si on compte de la bonne manière. Ce qui est important ce n'est pas de savoir s'il y aura encore du pétrole dans 40 ans ... il y en aura encore, ce qui est important c'est de savoir quand la production va commencer à décliner. Et pour ça la date est terriblement plus proche.

Allez je vous souhaite tout de même une bonne année, avec le discours que Sarkozy aurait dû faire mais il a paumé la feuille.


[0]commentaires commentaire(s)

Halte à la désinformation

Sat Nov 22 12:06:11 CET 2008
[via mdb-idf.org]

La désinformation continue

Les temps sont durs. À l'occasion de la semaine de la sécurité routière, les fausses rumeurs sur la dangerosité du vélo en ville sont allées bon train. La tenue concomitante du Salon de l'auto y serait-elle pour quelque chose ? En tout cas, les médias, allègrement financés par les vendeurs de mort, se sont empressés d'enfoncer le clou en diabolisant sous couvert d'information les attitudes prétendument irresponsables des cyclistes fauteurs d'accidents, alors que toutes les statistiques montrent que le risque d'avoir un accident à vélo diminue, surtout parce que la circulation cycliste augmente.

Je ne sais à qui attribuer la palme de la désinformation : au Figaro qui, sous le titre « 44% des accidents sur le trajet domicile-classe », fait remarquer que sur les 164 jeunes de moins de 14 ans tués, 44 étaient des piétons et que 20 % étaient responsables de ce qui leur était arrivé car ils « ont manqué de vigilance » (et toc, bien fait pour eux). Pour les 80 % restant, l'enquête est sans doute toujours en cours. Et d'enchaîner sur les cyclistes qui e sont à ce jour épargnés [...] avec 142 tués dont 5 à Paris, mais le pire reste peut-étre à venir [...] le vélo risque de devenir un engin de mort ». Rien que ça.

Ou à la sécurité routière avec son spot radio « Paf le vélo ! » où l'on entend des jeunes qui rigolent en racontant l'histoire d'un cycliste qui se fait écraser par une camionnette après avoir brûlé un feu rouge, puis le slogan : « 1 400 jeunes sont morts en 2007 sur les routes ». Joli raccourci pour l'opinion publique, vous ne trouvez pas ? En France, on est très fort, on a 142 cyclistes tués dont I 400 ont grillé un feu.

Vous me direz, quelle importance puisque nous qui nous déplaçons à vélo quotidiennement savons que le vélo, c'est bon pour nous, c'est bon pour les autres, c'est bon pour tous ? Eh bien le problème est que cela conduit à des attitudes inutilement agressives de la part des autres usagers qui saisissent chaque occasion pour reprocher aux cyclistes — présumés coupables — de ne pas respecter le code de la route quand on ne roule pas assez vite (alors qu'il n'y a pas de vitesse minimale dans le code de la route), voire de rouler en sens interdit alors que nous sommes dans un contresens cyclable.

Et puis surtout, cela fait sans doute hésiter pour une part non négligeable les non-cyclistes à franchir le pas et à nous rejoindre à vélo, convaincus qu'ils sont par ces interlocuteurs — qui semblent dignes de confiance — que le vélo, c'est dangereux. Même ceux qui devraient être nos alliés sont prisonniers de ces idées reçues. Ainsi, lors du dernier comité de pilotage vélo à la mairie de Paris, on nous a présenté un projet de valorisation des itinéraires cyclables. Le scénographe a proposé entre autres d'orner la ville de sculptures de mots géants à la Richard Baquié. Quels furent les mots choisis ? VELO, PROTEGER, EFFORT, FRAGILE. Soit : venez faire du vélo, c'est pénible et dangereux. C'est dans ces moments-là qu'on mesure le chemin qui nous reste à faire pour convaincre, qu'il leur reste à faire pour oser le vélo. Si les décideurs en sont là, comment s'étonner que le vélo soit considéré comme archaïque, dangereux, juste bon pour faire un petit tour et puis s'en va... en auto ?

Car pour la voiture, le discours est à l'opposé : les voitures aujourd'hui sont intelligentes, mieux que parfaites et très sûres (l'enquête concernant les 80% des 164 jeunes fauchés sur les routes étant toujours en cours, rien ne permet de supposer qu'ils aient été victimes de véhicules motorisés...). Il est vrai qu'on ne vendrait pas autant de voitures en rappelant que ça va vous coûter cher, que ça pollue, ça fait du bruit, ça tue 5000 personnes par an.

Quelle hypocrisie, quelle mauvaise foi et quel gâchis !

Alors nous, cyclistes, disons-le, clamons-le ! Le vélo, c'est PLAISIR, BONHEUR, INDÉPENDANCE. Pour séduire et faire envie, et qu'on soit de plus en plus nombreux à Mieux se Déplacer avec Bonheur.

Kiki Lambert


[1]commentaires commentaire(s)

Tomber de sa chaise.

Tue Oct 28 23:02:43 CET 2008

Ceux qui ont compris les véritables enjeux de la limite finie des ressources planétaire savent qu'il faut un certain temps pour comprendre réellement ce que cela implique.

Mais pour vraiment entreprendre ce travail de recherche et d'information sur l'avenir énergético-climatique de notre société il faut commencer par «tomber de sa chaise», et se rendre compte que les médias ne sont pas capable de nous informer sur le sujet (tous confondus : écrit, radio et télé), qu'il faut se renseigner soit même.

Je viens de retrouver le texte qui m'avait fait tomber de ma chaise, il y a quelque années déjà. Ce texte est maintenant disponible en page d'accueil d'oléocène. Ce texte peut maintenant être agrémenté du livre «le plein s'il vous plaît» qui développe assez bien le problème (et c'est pour ça que je m'évertue à le faire lire à tous).


[0]commentaires commentaire(s)

0-9 News précédentes >>